Retour à la vue d'ensemble
Drucken
En Suisse, 5,8 % des enfants de moins de 15 ans vivent au sein d’une famille dans laquelle un ou deux des parents ont une consommation  d’alcool à risque. 31,3 % grandissent dans un environnement dans lequel les parents consomment chaque jour des produits contenant de la nicotine (p. ex. produits du tabac, cigarettes électroniques). La part d’enfants dont les parents ont une consommation à risque de drogues illégales (p. ex. cannabis, cocaïne, héroïne) est faible (1,8 %). Pour une partie des enfants, les parents ont une consommation à risque multiple, en particulier d’alcool et de tabac (1,9 %).

Cet indicateur fait partie du système de monitorage des addictions et des maladies non transmissibles (MonAM) de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP).

Enfants de familles ayant une consommation à risque de substances

 Part d’enfants concernés en % et nombre d’enfants

 

Source : OFS – Enquête suisse sur la santé (ESS)
Étude : Hümbelin O., Läser J., Kessler D. (2020). « Kinder aus Familien mit risikoreichem Substanzkonsum ». Haute école spécialisée bernoise : Berne.
N : nombre extrapolé d’enfants
Les arrondis peuvent donner lieu à de légères différences dans le total du diagramme de Venn présenté.

Cet indicateur montre la part d’enfants vivant au sein d’un foyer dans lequel un parent ou les deux parents ont une consommation à risque de substances.

Le développement physique et mental des enfants peut être affecté par l’addiction des parents. Les enfants de familles qui présentent une consommation à risque de substances constituent ainsi un groupe cible important des mesures de prévention et de soutien.

Les études montrent que les enfants de familles où les parents ont une consommation à risque de substances présentent un risque accru de développer un problème d’addiction à l’âge adulte. Les parents transmettent en grande partie à leurs enfants les attitudes et comportements liés à la consommation de substances addictives à travers la vie familiale commune (fonction de modèle des parents). En outre, des facteurs génétiques peuvent être à l’origine d’une consommation à risque de substances plus fréquente dans certaines familles.

Les répercussions pour les enfants sont très différentes selon la substance consommée par les parents. Il n’est donc pas recommandé d’additionner les valeurs de l’indicateur sur toutes les substances. Les valeurs pour les différentes substances ne doivent être comparées qu’avec prudence.

Définition

Les données de cet indicateur s’appuient sur l’étude de Hümbelin et al. (2020), qui évalue sur la base de l’enquête suisse de la santé (ESS) le nombre et la part des enfants dont les parents ont une consommation à risque de substances. Dans le cadre de l’ESS, 22 134 personnes de plus de 15 ans ont été interrogées sur leurs comportements en matière de santé. On compte parmi elles 4517 parents interrogés ayant des enfants de moins de 15 ans dans leur foyer. Les données ont permis de décrire la situation de 7743 enfants. La prévalence correspond à la part d’enfants dont les parents ont une consommation à risque de substances, mesurée par rapport à l’ensemble des enfants inclus dans l’évaluation. Les critères suivants ont été appliqués pour qualifier la consommation des parents comme étant « à risque » :

Alcool – consommation à risque chronique ou ponctuelle d’alcool selon l’OMS :

  • Consommation à risque chronique : consommation d’alcool quotidienne moyenne de 20 g ou plus (2 verres standard ou plus) chez les femmes et de 40 g ou plus (4 verres standard ou plus) chez les hommes au cours des 12 derniers mois
  • Consommation à risque ponctuelle (dite ivresse ponctuelle) : consommation hebdomadaire d’au moins 4 verres standard (pour les femmes) ou 5 verres standard (pour les hommes) ou plus en une seule occasion au cours des 12 derniers mois

Nicotine :

  • Consommation de produits du tabac classiques (cigarettes, cigares, pipes, cigarillos) équivalant au moins à une consommation de cigarettes quotidienne
  • Au moins une consommation quotidienne de produits du tabac chauffés ou de cigarettes électroniques

Substances illégales :

  • Consommation d’ecstasy, d’héroïne et d’autres drogues (p. ex. amphétamines, LSD) au moins une fois au cours des 12 derniers mois
  • Consommation de cocaïne au moins une fois au cours des 30 derniers jours
  • Consommation plusieurs fois par semaine de cannabis

Pour estimer le nombre d’enfants concernés, les prévalences ont été calculées à partir des données de la statistique de la population et des ménages (STATPOP). Selon ce recensement général, 1 269 055 enfants de moins de 15 ans vivaient en Suisse en 2017. De plus amples informations sur la méthode sont disponibles dans l’étude de Hümbelin et al. (2020:12-23).

Um die Anzahl der betroffenen Kinder zu schätzen, wurden die Prävalenzen mit Daten der Statistik der Bevölkerung und der Haushalte (STATPOP) verrechnet. Gemäss dieser Vollerhebung lebten in der Schweiz im Jahr 2017 1'269'055 Kinder unter 15 Jahren. Weitere Informationen zur Methode sind der Studie von Hümbelin et al. (2020:12-23) zu entnehmen.

Sources, références et informations complémentaires

Sources : Office fédéral de la statistique (enquête suisse sur la santé)
Références : Hümbelin O., Läser J., Kessler D. (2020). Kinder aus Familien mit risikoreichem Substanzkonsum. Haute école spécialisée bernoise : Berne (étude).
Informations complémentaires : 
- Office fédéral de la santé publique (2020). Enfants de familles ayant une consommation à risque de substances. Berne, 2020 (fiche d’information). 
- Klein M., Thomasius R., Moesgen D. (2017). Kinder aus suchtbelasteten Familien. Bundesministerium für Gesundheit : Berlin (publication, en allemande).

Services de presse

Office fédéral de la santé publique OFSP
Tél. +41 58 462 95 05
media@bag.admin.ch

Renseignements

Tél. +41 58 463 60 45
obsan@bfs.admin.ch
https://www.obsan.admin.ch/fr/contact

Dernière mise à jour

20.10.2020