Retour à la vue d'ensemble
Drucken

En Suisse, quelque 9500 décès ont été attribués à la consommation de tabac en 2017. Ce nombre correspond à 14% environ de tous les décès, soit un sur sept, enregistrés cette année-là. Chez les hommes, le taux est passé de 212 à 142 décès pour 100 000 habitants entre 1997 et 2017, la courbe tendant à s’aplatir depuis 2012. Chez les femmes, le taux est resté relativement stable pendant toute la période considérée, avoisinant 80 décès pour 100 000 habitantes. La part des décès dus à la consommation de tabac sur l’ensemble des décès affiche la même tendance: alors qu’elle a diminué chez les hommes pour se situer à 18,5% en 2017, elle n’a guère changé chez les femmes (9,3% en 1997 et 10,2% en 2017). Les causes les plus fréquentes des décès associés à la consommation de tabac sont le cancer et les affections cardiaques, avec des parts de respectivement 45% et 26% en 2017.

Cet indicateur fait partie du système de monitorage Addiction et MNT (MonAM) de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP).

La consommation de tabac est le plus grand facteur de risque de décès en Suisse. Les principales causes de décès associées à la consommation de tabac sont surtout des maladies non transmissibles, comme les maladies cardiovasculaires, divers types de cancer (notamment celui du poumon) et la bronchopneumopathie chronique obstructive.

L’indicateur de la mortalité liée au tabac rend compte de l’évolution des effets du tabagisme sur la santé des hommes et des femmes.

Définition

Cet indicateur se fonde sur l’enquête suisse sur la santé, la statistique des causes de décès et la statistique de la population de l’Office fédéral de la statistique ainsi que sur des données provenant d’autres sources. La méthode de calcul repose sur une étude de Mattli et al. (2019). Les précisions concernant les maladies qui sont engendrées par la consommation de tabac et qui ont provoqué des décès, résultent d’une étude complémentaire confiée à l’Université des sciences appliquées de Zurich. Ces résultats ne sont disponibles que dans le système MonAM.  

L’indicateur renseigne sur le nombre de décès attribués au tabac, ainsi que sur leur taux brut et leur part dans l’ensemble des décès enregistrés. Le taux brut (non standardisé) indique le taux de mortalité pour 100 000 habitantes et habitants. 

Les estimations tiennent uniquement compte de la charge de morbidité engendrée par le fait de fumer du tabac. La consommation de tabac sous d’autres formes, comme le snus ou le tabac à priser, et les autres manières de consommer de la nicotine, telles les cigarettes électroniques, n’ont pas été prises en compte. La charge de morbidité engendrée par la fumée passive n’a pas non plus été prise en considération.

Sources

Référence

  • Mattli, R. et al. (2019). Die Krankheitslast des Tabakkonsums in der Schweiz: Schätzung für 2015 und Prognose bis 2050. Université des sciences appliquées de Zurich (ZHAW), Winterthour: Publication (en allemand).

Informations complémentaires

Services de presse

Office fédéral de la santé publique OFSP
Tél. +41 58 462 95 05
media@bag.admin.ch

Renseignements

Tél. +41 58 463 60 45
obsan@bfs.admin.ch
https://www.obsan.admin.ch/fr/contact

Dernière mise à jour

28.06.2021