Retour à la vue d'ensemble
Drucken

La part de la population suisse en surpoids ou obèse a fortement augmenté, passant de 30,4% en 1992 à 41,9% en 2017. Cette évolution concerne aussi bien les femmes que les hommes. En 2017, la part des personnes en surpoids ou obèses était plus élevée chez les hommes (51,0%) que chez les femmes (33,0%).  

Cet indicateur fait partie du système de monitorage Addiction et MNT (MonAM) de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP).

Le surpoids et, plus encore, l’obésité sont des facteurs de risque de maladies non transmissibles telle que les maladies cardiovasculaires, le diabète de type 2, diverses formes de cancer et de certaines maladies musculosquelettiques. Ils ont aussi un impact sur la santé psychique et la qualité de vie. Le surpoids résulte en principe d'un déséquilibre entre les calories absorbées et les calories brûlées. Un mode de vie sain, combinant une alimentation adéquate et une activité physique suffisante, peut aider à prévenir un tel déséquilibre, mais d’autres facteurs sont susceptibles de jouer un rôle, comme le stress, le manque de sommeil, la consommation de médicament, des déséquilibres hormonaux ou encore des facteurs génétiques.

L’indicateur, qui repose sur l’IMC, permet de planifier et d’évaluer des mesures de prévention.

Définition

Cet indicateur a été calculé à partir des résultats de l'enquête suisse sur la santé (ESS). Il montre, répartie en fonction de l’indice de masse corporelle (IMC), la population de 15 ans et plus vivant dans un ménage privé qui souffre de surpoids ou d’obésité. Le diagramme en anneau indique la répartition de la population en quatre groupes d’IMC (voir plus bas l’échelle de répartition).

On obtient l’indice de masse corporel en divisant le poids du corps (en kilos) par la taille (en mètres) au carré. IMC = poids du corps en kg / (taille en m)2. Les données utilisées se fondent sur les indications des personnes interrogées.

La répartition de la population de 18 ans et plus entre les quatre groupes d’IMC se fonde sur les normes suivantes de l’OMS:
- Déficit pondéral: IMC < 18.5
- Poids normal: 18.5 ≤ IMC < 25
- Surpoids: 25 ≤ IMC < 30
- Obésité (surpoids important): IMC ≥30

Pour les jeunes de 15 à 17 ans, on applique l’échelle de répartition de Cole et al. (2000). Cette échelle, qui est utilisée dans de nombreuses études internationales, applique des seuils d’IMC tenant compte de l’âge et du sexe des enfants et des adolescents. L’IMC doit être considéré avec prudence chez les personnes âgées. Un poids normal calculé sur la base de l’IMC peut, chez une personne âgée, être un signe de malnutrition.

Les variables sociodémographiques sont expliquées dans le document: Définition des dimensions

Sources, références et informations complémentaires

Sources: Office fédéral de la statistique (Enquête suisse sur la santé)
Références:
- Cole Time J., Mary C. Bellizzi, Katherine M. Flegal, William H. Dietz (2000): Establishing a standard definition for child overweight and obesity worldwide: international survey. British Medical Journal, 320 (7244): 1240-1243
- WHO (classification de l’indice de masse corporelle)
Vous trouverez d'autres informations sur les causes et les conséquences du surpoids et de l’obésité sur le site Centers for Disease Control and Prevention.

Services de presse

Office fédéral de la santé publique OFSP
Tél. +41 58 462 95 05
 

Renseignements

Tél. +41 58 463 60 45
obsan@bfs.admin.ch
https://www.obsan.admin.ch/fr/contact

Dernière mise à jour

26.11.2019