Retour à la vue d'ensemble
Drucken

En 2017, 3,8% de la population suisse âgée de 15 ans ou plus ont utilisé Internet sous une forme définie comme problématique (voir définition). Davantage d’hommes (4,3%) que de femmes (3,3%) sont touchés. La part des personnes ayant une utilisation problématique d’Internet diminue constamment avec l’âge. Les personnes étrangères ainsi que les personnes moins qualifiées utilisent plus fréquemment Internet de façon problématique.

Cet indicateur fait partie du système de monitorage Addiction et MNT (MonAM) de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP).

La généralisation de l’utilisation d’Internet et des réseaux sociaux a fait apparaître de nouvelles formes de dépendance, notamment une utilisation d’Internet préjudiciable à la santé. Par conséquent, ces dernières années, la société a de plus en plus dû se pencher sur ces nouvelles formes de dépendance et prendre des mesures adéquates.

Consciente de devoir réagir aux nouveaux risques avec souplesse en proposant des offres de prévention et de thérapie appropriées, la stratégie Addictions accorde une attention toute particulière à la question de l’utilisation d’Internet.

Définition

L’indicateur est calculé à partir des données de l'enquête suisse sur la santé (ESS).

Il reflète la part de la population âgée de 15 ans ou plus présentant une utilisation problématique d’Internet. La saisie de l’utilisation problématique d’Internet se fonde sur l’échelle CIUS (Compulsive Internet Use Scale). Pour 2017, on applique la version courte en huit items du CIUS selon Gmel et al. (2019) qui prend en compte les aspects suivants:

  • Difficulté à contrôler son utilisation d’Internet
  • Utilisation d’Internet préférée au temps passé avec d’autres personnes
  • Manque de sommeil dû à l’utilisation d’Internet
  • Désir irrépressible d’utiliser l’Internet
  • Utilisation d’Internet de plus en plus fréquente et longue
  • Autres activités négligées en raison de l’utilisation d’Internet
  • Utilisation d’Internet en raison de tristesse ou de dépression
  • Agitation ou frustration de ne pas pouvoir consulter Internet

Pour chacun de ces aspects, une valeur est déterminée sur une échelle de 0 à 4 pour la personne observée. Si la somme dépasse une valeur définie (seuil de >12 points), le comportement est interprété comme une utilisation d’Internet posant problème.

Pour les années 2013 et 2015, la forme CIUS à 14 items a été utilisée pour le monitorage des addictions (CoRolAr). Afin de présenter les résultats d'une manière comparable à ceux de l’ESS 2017, ils sont présentés sous la forme CIUS à 8 items, ce qui peut entraîner des différences par rapport aux rapports du monitorage des addictions.

Les variables sociodémographiques sont expliquées dans le document: Définition des dimensions

Sources, références et informations complémentaires

Sources: Office fédéral de la statistique (Enquête suisse sur la santé); Monitorage suisse des addictions (CoRolAR)
Références: Gmel G., Khazaal Y., Studer J., Baggio S., Marmet S. (2019). Development of a short form of the compulsive internet use scale in Switzerland. International Journal of Methods in Psychiatric Research, 28(1) (étude).
La source suivante fournit de plus amples informations à ce sujet: Marmet, S., Notari L., Gmel, G. (2015). Suchtmonitoring Schweiz – Themenheft Internetnutzung und problematische Internetnutzung in der Schweiz im Jahr 2015. Addiction Suisse, Lausanne, Suisse (cahier thématique, en allemand).

Service de presse

Office fédéral de la santé publique OFSP
Tél. +41 58 462 95 05
media@bag.admin.ch

Renseignements

Tél. +41 58 463 60 45
obsan@bfs.admin.ch
https://www.obsan.admin.ch/fr/contact

Dernière mise à jour

10.12.2020