Retour à la vue d'ensemble
Drucken

En 2020, 0,28% de la population suisse ou 15'004 personnes ont reçu pour la première fois une rente AI pour cause de maladie.

Cette part représente la moitié du taux record enregistré en 2003 (0,53%). Les hommes affichent dans la durée des taux légèrement plus élevés que les femmes. Les maladies psychiques sont toujours à l’origine de la plus forte part des rentes AI octroyées pour cause de maladie (0,14% en 2020).  

Cet indicateur fait partie du système de monitorage Addiction et MNT (MonAM) de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP).

Les maladies des os et de l'appareil locomoteur peuvent, à l’instar d’autres maladies non transmissibles, entraîner une sortie prématurée du monde du travail. Une telle sortie coûte cher à la personne concernée, mais aussi à l’État, à l’économie et au système de santé. Le présent indicateur montre le pourcentage de nouvelles rentes AI octroyées chaque année pour certaines catégories de maladies (affections psychiques, système nerveux, os et appareil locomoteur, autres maladies).

Grâce à cet indicateur, il est possible d’évaluer le risque d’invalidité que représentent les maladies en question dans différents groupes de population.

Définition

L’indicateur est calculé à partir des données de la statistique de l'assurance-invalidité (statistique de l’AI).

Il renseigne sur la part de la population résidante permanente (de 18 ans à l’âge de la retraite) qui demande nouvellement une rente AI pour cause de maladie. Il indique aussi les sorties prématurées du monde du travail.

Les catégories de maladies retenues sont les suivantes:

  • affection psychique
  • système nerveux
  • os et appareil locomoteur
  • autres maladies.

Les imprécisions de codage des différentes causes d’invalidité empêchent le recours à une classification plus fine dans la statistique de l’AI. Par ailleurs, le système de codage utilisé ne permet pas de tenir compte des maladies multiples ni des problèmes de santé complexes.

Une rente d’invalidité n'est allouée qu’après examen des possibilités de réadaptation. Le droit à une rente prend naissance au plus tôt lorsque l’assuré a présenté une incapacité de travail d’au moins 40%, en moyenne, sans interruption notable pendant toute une année et qu'au terme de cette année, une incapacité de gain de 40% au moins perdure (voir art. 7 LPGA). L’âge minimum pour toucher une rente est 18 ans. Le droit à une rente s’éteint au plus tard lorsque l’assuré atteint l’âge de la retraite. Les causes possibles d’octroi peuvent être une infirmité congénitale, un accident ou une maladie.

L’évolution des nouvelles rentes obéit à différents facteurs. La phase de croissance observée jusqu’en 2003 est avant tout liée à une hausse des affections psychiques. Les principales raisons de la baisse constante qui a suivi dès 2004 sont la mise en place de services médicaux régionaux (4e révision de l’AI), une pratique restrictive des services de l’AI dans l’octroi de nouvelles rentes et les effets positifs des instruments de réintégration introduits dans le cadre de la 5e révision de l’AI, qui visent une détection précoce des assurés risquant une invalidité. L’importance des différents facteurs d’influence a été analysée de manière détaillée dans différents programmes de recherche sur l’AI.

Source

Informations complémentaires 

  • Loi fédérale sur la partie générale du droit des assurances sociales LPGA
  • Loi fédérale sur l’assurance-invalidité LAI
  • Office fédéral des assurances sociales (OFAS): Programme de recherche sur l’AI
  • Prestations de l’assurance-invalidité.Centre d’information AVS-AI, Berne: Mémento
  • Statistique de l’AI (rapports annuels 2014-2020). Office fédéral des assurances sociales, Berne: Rapports

Services de presse

Office fédéral de la santé publique OFSP
Tél. +41 58 462 95 05
 

Renseignements

Tél. +41 58 463 60 45
obsan@bfs.admin.ch
https://www.obsan.admin.ch/fr/contact

Dernière mise à jour

27.07.2021