Drucken

Le décès par suicide est un problème de santé publique souvent sous-estimé en Suisse. Il l’est non seulement en comparaison avec d'autres pays – la Suisse fait partie des pays d'Europe qui présentent un taux de suicide supérieur à la moyenne – mais aussi par rapport à d’autres problèmes de santé.
Le suicide est la quatrième cause de mortalité précoce (en termes d'années potentielles de vie perdues), après le cancer, les maladies cardiovasculaires et les accidents. Les conséquences indirectes d'un suicide sont aussi considérables: en moyenne, une personne qui se suicide laisse derrière elle de quatre à six parents ou proches, souvent totalement pris au dépourvu, et le suicide peut parfois entraîner chez ces derniers des séquelles durables. Lorsqu'un suicide se produit dans l'espace public (lorsque quelqu'un saute du haut d'un bâtiment ou se jette devant un train par exemple), il peut aussi en traumatiser les témoins.
 

Définition

Taux de suicide standardisé (causes de décès selon ICD-10 Codes X60 à X84) pour 100'000 habitants.

Les résultats présentés se fondent sur la statistique des causes de décès de l'OFS. Suite à la révision de la statistique, survenue en 2011, les cas d'assistance au suicide ne sont plus comptabilisés à partir de 2009 parmi les suicides, mais parmi d'autres causes de décès, en fonction de la maladie principale. Il s'ensuit une réduction statistique d'environ 20% du nombre des suicides. Pour illustrer l'évolution des taux de suicide, nous présentons toutefois certains résultats en y incluant les cas d'assistance au suicide. Pour des informations plus détaillées sur l'aide au suicide, voir la publication de l'OFS (2016).

Formule de base pour calculer cet indicateur

Sont considérées comme un suicide toutes les causes de décès pour lesquelles des diagnostics ICD-10 X60 à X84 ont été posés.
Le taux de suicide standardisé selon l’âge a été calculé à l’aide de la méthode directe comme suit:

Ni:    Nombre de personnes dans le groupe d’âge i de la population standard
sri:  Taux de suicide spécifique par âge pour 100’000 habitants

La population standard se réfère ici à la population standard européenne de 2010 (Eurostat 2010).
L’intervalle de confiance est une mesure de la précision de l’estimation. Il définit les limites à l’intérieur desquelles la valeur se trouve avec une probabilité de 95%. L’écart-type et l’intervalle de confiance à 95% ont été calculés sur la base d’une approximation de la variance des taux par la loi de Poisson (Boyle 1991, Armitage 2002).
Pour les comparaisons régionales (taux cantonaux), les taux ont été calculés par le biais d’une moyenne mobile quinquennale.

Références

Eurostat: “Revision of the European Standard Population”, eurostat methodologies and working papers, eurostat 2013, p.121.
Boyle P, Parkin D.M.: “Statistical methods for registries”, Chapter 11, S.138; in: Jensen, Parkin, MacLennan, Muir, Skeet: "Cancer Registration: Principles and Methods", Lyon 1991.
Armitage P., Berry G., Matthews J.N.S.: “Statistical Methods in Medical Research”. 4th Edition. Blackwell Publishing, Oxford 2002. p.662.

Sources

Office fédéral de la Statistique
Statistique des causes de décès
Statistique de la population et des ménages (STATPOP)

Bibliographie

OFS 2016: Suicide assisté et suicide en Suisse. Actualités OFS

Renseignements

Tél. +41 58 463 60 45
obsan@bfs.admin.ch
https://www.obsan.admin.ch/fr/contact

Dernière mise à jour

01.09.2016