Drucken

Les fractures de la hanche sont des fractures typiques chez les personnes âgées et très âgées. Une prédisposition accrue aux chutes et une plus grande fragilité des os – notamment chez les femmes âgées – ont pour effet d’accroître la fréquence de tels événements aux conséquences graves. Il n’est pas rare que la qualité de vie s’en trouve durablement diminuée, notamment par perte de mobilité rendant parfois la personne concernée tributaire de soins et dépendante des autres. Pendant la première année suivant une fracture de la hanche, le risque de décès est également nettement plus élevé. Les coûts de la thérapie et des prestations de soins sont importants.
Compte tenu de l’évolution démographique, la charge de morbidité (burden of disease) liée à des fractures au niveau du fémur va continuer d’augmenter.

Cet indicateur représente les taux d’hospitalisation des personnes souffrant d’une fracture du col du fémur ou d’une fracture du trochanter (dites fractures de la hanche) dans les hôpitaux de soins aigus somatiques. Comme on peut supposer que la grande majorité des personnes souffrant d'une fracture de la hanche nécessitent des soins hospitaliers intra-muros, l'indicateur est aussi une valeur définissant approximativement la charge de morbidité de cette fracture dans la population.

Définition

Nombre annuel de sorties de patients dans les hôpitaux de soins aigus somatiques avec le codage CIM-10 S720 (fracture du col du fémur) et S721 (fracture du trochanter) comme diagnostic principal ou secondaire pour 1’000 habitants. Selon la typologie des établissements de santé de l’Office fédéral de la statistique, la catégorie des hôpitaux de soins aigus comprend les « hôpitaux de soins généraux » (K1) pour la prise en charge centralisée et les soins de base et les « autres cliniques spécialisées » (K23), c’est-à-dire les cliniques de chirurgie, de gynécologie et de pédiatrie. En sont exclus les cliniques de gériatrie (K234), les cliniques spécialisées diverses (K235), les cliniques de réadaptation (K22), les cliniques psychiatriques (K21) ainsi que les centres de prise en charge des coûts M500, M900, M950.

Formule de base pour calculer cet indicateur

Le taux standardisé a été calculé à l’aide de la méthode directe comme suit:

Ni: Nombre de personnes dans le groupe d’âge i de la population standard
ri: Taux par âge pour 100’000 habitants

La population standard se réfère ici à la population standard européenne de 2010 (Eurostat 2010).
L’intervalle de confiance est une mesure de la précision de l’estimation. Il définit les limites à l’intérieur desquelles la valeur se trouve avec une probabilité de 95%. L’écart-type et l’intervalle de confiance à 95% ont été calculés sur la base d’une approximation de la variance des taux par la loi de Poisson (Boyle 1991, Armitage 2002).

Références

Eurostat: “Revision of the European Standard Population”, eurostat methodologies and working papers, eurostat 2013, p.121.
Boyle P., Parkin D.M.: “Statistical methods for registries”, Chapter 11, S.138; in: Jensen, Parkin, MacLennan, Muir, Skeet: "Cancer Registration: Principles and Methods", Lyon 1991.
Armitage P., Berry G., Matthews J.N.S.: “Statistical Methods in Medical Research”. 4th Edition. Blackwell Publishing, Oxford 2002. p.662.

Sources

Office fédéral de la statistique
Statistique médicale des hôpitaux
Statistique de la population et des ménages (STATPOP)

Renseignements

Tél. +41 58 463 60 45
obsan@bfs.admin.ch
https://www.obsan.admin.ch/fr/contact

Dernière mise à jour

27.11.2018